Ouvrez les guillemets 2017

Pour découvrir l’ensemble de la manifestation rendez-vous sur le blog dédié à Ouvrez les guillemets

Ouvrez les guillemets d’hiver

Lundi 4 décembre 2017 – Lycée agricole de Naves
Auteure : Laurence Biberfeld avec des élèves de 3ème du lycée agricole

Résister au temps, à l’ennemi, à l’ami, à soi-même, au danger, à la gentillesse, à la tentation, à la maladie, à l’habitude. Résister en disant oui, en disant non.

20h00 : Mise en espace des textes des participants avec Maxime Bonnand, Romane Ponty-Bésanger et Bérengère Sigoure.
Suivi d’une mise en espace d’extraits « Écoute les cloches » de Laurence Biberfeld. Avec Maxime Bonnand et Bérengère Sigoure, mise en espace Romane Ponty-Bésanger.

Laurence Biberfeld est née à Toulouse en 1960. Elle a quitté le lycée avant d’apprendre la philosophie et le nid parental avant d’avoir des plumes. Après quatre ans de petits emplois plus ou moins déclarés (employée de maison, ouvrière de surface, femme toutes mains, vendeuse, etc.), elle a arrêté de travailler pendant quatre mois pour bachoter et passer le bac en candidate libre. Elle l’a obtenu. Après quoi, à 20 ans, elle a passé le concours d’institutrice qu’elle a obtenu de même. N’ayant pas les moyens de faire des études, elle a enseigné, principalement à des maternelles qui ne se sont rendu compte de rien. Elle a eu trois enfants, puis a décidé d’arrêter de les nourrir en crevant de sa plume. Ce qu’elle fait, avec grand plaisir, depuis une quinzaine d’années : en galère comme en croisière, on voit du pays, sans qu’il soit besoin de voyager beaucoup. Laurence Biberfeld est aussi dessinatrice et illustratrice. Son premier roman, « La B.A. de Cardamone », a été publié en « Série noire » en 2002, et son dernier, « Écoute les cloches », chez Au-delà du raisonnable en 2017.

Ouvrez les guillemets d’été

Jeudi 14 septembre 2017 – Médiathèque Eric Rohmer (Tulle)
Auteur : Pascal Brullemans avec des habitants du Quartier de Virevialle (Tulle)

Qu’est-ce que la réalité au théâtre et comment l’écriture permet-elle de transposer une existence pour en faire un objet scénique? Pouvons-nous puiser dans l’intime pour construire un dialogue qui embrasse le monde ?

18h00 : Mise en espace des textes des participants avec Fabrice Henry et Clémentine Haro
Suivi d’une lecture du texte « Petite Sorcière » de Pascal Brullemans par Clémentine Haro mise en espace Fabrice Henry.

Pascal Brullemans débute son parcours en 1994, avec « Les derniers jours du Gouverneur », mis en scène par Wajdi Mouawad. Suivra une longue collaboration avec le metteur en scène Éric Jean qui voit la création des pièces « Camélias », « Marianne Vague », « Corps étrangers » et « Hippocampe ». Cette production obtiendra le prix de l’AQCT (Association québécoise des critiques de théâtre) en 2002. Après une incursion dans l’univers jeune public avec « L’Armoire », l’auteur va poursuivre avec « Iseberg » et « Vipérine », prix Louise-LaHaye en 2013. Il va ensuite s’associer avec la metteure en scène Nini Bélanger pour amorcer un travail sur l’hyperréalisme « Endormi(e) » et « Beauté, chaleur et mort », présentés au théâtre La Chapelle de Montréal. Cette production obtiendra le prix du meilleur spectacle décerné par Certes Premières en 2011. Cette démarche amènera l’auteur a explorer les codes de l’autofiction en écrivant des textes en collaboration, tels que « Moi et l’autre » et « Ce que nous avons fait », qui obtiendra en 2016 le prix Michel-Tremblay, décerné au meilleur texte porté à la scène.

Ouvrez les guillemets de printemps

Mercredi 14 juin 2017 – Cour de l’école Turgot – Tulle
Auteur : Philippe Ponty avec des soignants Corréziens (médecins, infirmières, aides-soignantes, élèves infirmières)

Médecin malgré soi ?

La question est posée à une dizaine de soignants (médecins, internes, infirmières, aides-soignantes…). Ceux-ci s’expriment sur la naissance de leur engagement et leur quotidien.

18h30 : Mise en espace des textes des participants avec Bérengère Sigoure et Pierre Dumond et Inès, Déborah et Nathalie, élèves infirmières.
Suivi d’une lecture des « Récits de là » de Philippe Ponty, par Bénédicte Wenders.
Les Récits de là ont été écrits dans le cadre du projet Ligne de Faille, suite à des promenades avec des habitants du Pays de Tulle. Ce sont des fictions qui ne s’appuient pas explicitement sur des évènements qui m’auraient été racontés, mais plutôt sur du temps et des sensations partagés, comme des mémoires à inventer.

Philippe Ponty grandit en Corrèze et y devient instituteur. Il rencontre le théâtre en Provence, à Valréas, puis à Paris où il apprend le métier de comédien. Il joue et met en scène jusqu’à ce que l’écriture devienne incontournable. En 1996, son premier texte, Sonno Leone, met en jeu la grande bataille entre politique et spiritualité. Viennent ensuite Mario et Lyse (2000), Iliades (2005), Porte pas peine (2006), Vladimir (2007), Monsieur  le conseiller (2007), Trois mousquetaires (2009), Cependant tout arrive (2011), Le retour d’Ulysse (2011)… pour le théâtre, et Les récits de là, recueil de nouvelles consacré au paysage. Ses textes sont montés pour la plupart dans le cadre de La Luzège en Corrèze et du Bottom Théâtre. Il aime l’adaptation d’œuvre romanesques, épiques. Il développe également une pratique spécifique d’écriture en temps réel au cours d’échanges avec ses contemporains. L’environnement du théâtre, le bord du plateau, est son lieu préféré pour écrire. Son prochain texte accompagnera l’expérience artistique menée par Marie Pierre Bésanger depuis deux ans avec les résidents et soignants de structures d’accueil des personnes âgées.