Ouvrez les guillemets 2016

Pour découvrir l’ensemble de la manifestation rendez-vous sur le blog dédié à Ouvrez les guillemets

Ouvrez les guillemets d’hiver
Avec Marie-Noëlle Agniau et des habitants d’Aubazine

Marie-Noëlle Agniau, née à Verdun en 1973, vit depuis plusieurs années en Limousin, où elle enseigne la philosophie et écrit – après avoir longtemps pratiqué la danse et le dessin. Fidèle à la publication en revue, elle a fait paraître chez divers éditeurs (L’Arbre à paroles, Gros textes, L’Harmattan, La Porte, Encres vives…) une trentaine de recueils et de plaquettes de poésie et participe à de nombreuses lectures publiques – manière pour elle de donner corps et voix au poème. Pendant dix ans, elle a tenu sur le réseau radiophonique RCF une chronique philosophique et littéraire et contribue régulièrement à des projets collectifs d’écriture (Portraits de maîtres : les profs de philo vus par leurs élèves, éditions du CNRS, 2008; Limousin sur grand écran, éditions Culture & Patrimoine en Limousin, 2013). Elle intervient régulièrement dans les écoles pour témoigner de son engagement poétique. Parmi ses derniers textes parus : Capture, avec un parcours photographique de Laurent Bourdelas et une préface de Pierre Bergounioux, éditions Culture & patrimoine en Limousin, 2014, Mortels habitants de la Terre, éditions L’Arbre à paroles, 2016.

Marie-Noëlle Agniau a dirigé un atelier d’écriture avec des habitants d’Aubazine, au cours duquel chaque participant s’est demandé ce qu’il a derrière les collines et quelle est vraiment l’odeur des forêts ? Peut-on décrire le silence ? Chacun des participants a apporté un bout de chemin pour embellir l’hiver d’un conte poétique.

Dans le cadre d’une présentation publique qui a eu lieu le dimanche 11 décembre, une mise en espace du conte écrit par les participants a été faite par Coralie Leblan avec Maxime Bonnand et Lisa Torres. Suivi d’une mise en espace d’un texte de Marie-Noëlle Agniau par Fabrice Henry et Romane Ponty Bésanger.

Ouvrez les guillemets d’automne
Avec Guillaume Corbeil et des habitants de Bordeaux

Guillaume Corbeil a tout juste 36 ans a déjà un long passé d’auteur et de dramaturge. Avant de finir sa formation en écriture dramatique à l’École nationale de théâtre en 2011, il avait écrit un recueil de nouvelles, L’Art de la fugue (L’Instant même, 2011), finaliste des prix du Gouverneur général et gagnant du prix Adrienne-Choquette. En 2009, il publiait son premier roman, Pleurer comme dans les films, chez Leméac, puis en 2010, chez Libre Expression, il signait Brassard, une biographie du célèbre metteur en scène André Brassard. Depuis, il a écrit pour la scène les textes Le Mécanicien, Tu iras la chercher et Nous voir nous. Ce dernier a été présenté à l’Espace Go en 2013 sous le titre Cinq visages pour Camille Brunelle. Il s’est vu décerner le Prix de la critique dans la catégorie du meilleur texte par l’Association québécoise des critiques de théâtre, le prix Michel-Tremblay et le Prix du public au festival Primeurs, à Saarbruck, en Allemagne. En avril 2016, le troisième volet de sa trilogie sur l’image de soi, Unité modèle, a été présenté au Centre du théâtre d’aujourd’hui, à Montréal.

Guillaume Corbeil a dirigé un atelier d’écriture avec des habitants de Bordeaux, au cours duquel chaque participant a construit des scènes, c’est-à-dire pensé à leurs mécanismes dramatiques plutôt qu’à leur poésie ou leur propos. Ils ont ainsi développé leur sens de la scène et leur discernement, mais surtout ont désacralisé l’écriture en cessant de la percevoir comme un exercice intime et non négociable.

Dans le cadre d’une présentation publique qui a eu lieu le vendredi 18 novembre 2016, une mise en espace des textes écrits par les participants a été faite par Monique Garcia, sous la conduite de Guillaume Corbeil

img_2477 img_2472

Ouvrez les guillemets d’été
Avec Claire Rengade et des habitants du Quartier de Virevialle (Tulle)

Claire Rengade écrit des textes à dire sur scène en allant au monde pour parler de lui. Dans ses textes, tout est réel mais rien n’est vrai. Elle écrit pour la voix, la musique, la poésie, le théâtre, le cirque, la marionnette, la danse, la rue, le land art, le documentaire ou la radio. Ses textes sont publiés chez Color Gang et Espaces 34 et traduits en catalan, en néerlandais, en portugais, en anglais, en espagnol et bientôt en italien et en polonais. Ses textes sont également chantés régulièrement par les groupes Slash Gordon, Chaudière, Le Grand Bal des cousins, Murène ou Cheval de trois. Ils ont été mis en scène par Arek Smiegel (Berlin), Isis Louviot (Lisieux) ou Julio Guerreiro (Lyon), chorégraphiés par Dimitri Tsiapkinis (CCN de Tours), mis en onde par Pascale Tison (RTBF Bruxelles), en documentaire par Seb Coupy (Lyon), en photos par Sergio Grazia (Paris) ou en album par Clotilde Rengade. En 2016, Claire Rengade écrit pour Impérial Orphéon (Création Opéra de Montpellier 2017).

Claire Rengade a dirigé un atelier d’écriture avec des habitants du quartier de Virevialle, à Tulle, au cours duquel chaque participant a remonté le temps jusqu’à l’origine des histoires qui les a fondé et qui a nourri leur enfance.

Dans le cadre d’une présentation publique qui a eu lieu le samedi 30 juillet 2016, une lecture des textes écrits par les habitants du quartier de Virevialle sous la conduite de Claire Rengade a été faite. Par les comédiens du Bottom Théâtre.

Ouvrez les guillemets de printemps
Avec Dany Boudreault et des membres de l’école du dos

Acteur et auteur, Dany Boudreault complète sa formation en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada en 2008. Depuis il est très actif sur la scène montréalaise et se dédie surtout à la création, bien qu’il explore aussi le répertoire que ce soit avec Tennesse Williams ou Shakespeare. En 2014 il cosigne avec Maxime Carbonneau la pièce Descendance, publiée par les éditions de l’Instant Même et récipiendaire du prix littéraire du Salon du livre du Saguenay-La-Saint-Jean. Aux Francophonies du Limousin, Dany Boudreault a participé à l’édition 2013 dans Jusqu’où te mènera ta langue?, un cabaret littéraire mis en scène par Martin Faucher, et en 2015 dans Après la peur, sous la direction d’Armel Roussel.
Dany Boudreault a dirigé un atelier d’écriture avec des membres de l’École du dos, à Brive-la-Gaillarde, au cours duquel chacun a porté un regard sur le thème du corps (vécu, rêvé…)

Dans le cadre d’une présentation publique qui a eu lieu le samedi 2 avril, une lecture des textes écrits par les membres de l’École du dos sous la conduite de Dany Boudreault a été faite. Par les comédiens du Bottom Théâtre.
Suivi d’une mise en espace d’un texte de Dany Boudreault dans le cadre de Nouvelles Zébrures.

« Voici l’odysé(e) poétique d’un être dont les seins diminuent de plus en plus… Un cha-cha-cha métaphysique entre le corps rêvé et le corps donné »